salta la barra Po-Net » Musées de Prato et sa province » Parc Musée Quinto Martini
Po-Net

Musei di Prato e Provincia

Parc Musée Quinto Martini

Présentation

Le parc du Musée “Quinto Martini” a été inauguré en 1988, quand l'artiste (né à Seano) était encore en vie: il mourut en effet en 1990, âgé de 82 ans. Magnifiquement placé dans le suggestif cadre naturel de collines près de Carmignano, dans une vert clairière creusée par un ruisseau et située à l'extrémité sud du pays, le Parc loge 36 structures en bronze, fondues par d'œuvres réalisées entre le 1931 et le 1988: un parcours idéal fait de moments fixés pour l'éternité, entre images rurales et tranches de vie – où se promener pour délasser le corps et l'esprit, mais ça représente aussi plus de cinquante années de synthèse et recherche artistique.

Le Parc, comme écrivit Chelazzi, est en effet la réhabilitation en espace urbain d'un "champ à utiliser de façon communautaire", qui proposât "au loin les collines, lieux de travail et de culture" et qui permît "espaces pour l'amusement, l'exercice physique, et le rapport avec l'art".

Quinto Martini

Nato nel 1908 a Seano, vicino a Firenze, Quinto Martini incomincia presto a "impastar mota" modellando "figurine, cavalli e intere battaglie" e a La découverte de l'art et des artistes se passent en 1926, quand il va chez Ardengo Soffici pour lui montrer quatre de ses œuvres. Sera un rencontre important qui changera sa vie et le mènera à la connaissance de l'art contemporaine, italienne et européenne. Dans le février 1927, pour la première exposition de "Le sauvage", avec les œuvres de Mino Maccari, Carlo Carrà, Ottone Rosai, Giorgio Morandi, Achille Lega et de leur Maître, il y a aussi les peintures de Quinto Martini.

Martini entre très jeun dans la vie intellectuelle et artistique florentine, mais il a vite l'opportunité de connaître la vie de Tourin aussi, en fréquentant pendant le temps de service militaire Felice Castrati, Cesare Pavese et le groupe de "six" de Tourin, interprètes d’une culture antifasciste qui considérait les grandes enseignements de la peinture française, de Manet à Cézanne, et était très différent du milieu super-paysan florentin. Rentré définitivement à Florence il se remet en contact avec Soffici, en concentrant son intérêt sur la sculpture, et avec cette art il gagne la faveur de la critique.

Dans le 1934 il fait son début à la XIX Exposition bisannuelle de Venise, avec "La Seanese", une magnifique synthèse de sa naturelle prédisposition pour le caractère essentiel de choses, qui le mènera à un forme d'expression antiacadémique et à choisir au même temps des matériaux plus pauvres, comme la terre cuite et la pierre de fleuve, en cherchant dans le bronze aussi la même simplicité de résultats. Ainsi Quinto Martini, initié à l'art par Ardengo Soffici, commence son voyage vers des archaïsmes de la sculpture étrusque, tandis que l'évolution stylistique de l'auteur se constitue ensuite avec l'expérimentation des langages artistiques du XX siècle.

Euvres

Les œuvres de Martini, reproduites sur "Il Selvaggio", "Il frontespizio" et "Il Contemporaneo", sont un témoignage de la participation de l'artiste à une plus vaste histoire culturelle qui embrasse le domaine littéraire et ses rapports avec les poètes et les écrivains, selon la tradition stimulée en Toscane par la "Civilisation des revues". Dans le second après-guerre il participe au mouvement "Nouvel Humanisme" avec Giovanni Colacicchi, Oscar Gallo et d'autres, et il est constamment présent aux plus importantes événements artistiques italiens, comme toutes les éditions de l'exposition Quadriennale Romaine. Avec des significatives expositions personnelles, il faut se rappeler de sa participation aux importantes "collectives" en Italie et à l'étrangère. À partir des années '60 jusqu'au 1977 Quinto Martini enseigne culture à l'Académie de Beaux Arts de Florence.

L'activité artistique de Quinto Martini a été très intense jusqu'à peu de jours auparavant sa morte, le 9 novembre 1990. Entre les réalisations les plus importantes il faut se rappeler du cycle de bas-reliefs dédiés à la Pluie (exposés en 1978 dans une exposition personnelle à Palais Strozzi à Florence); la série de bas-reliefs et lithographies dédiés à la Divine Comédie (exposés en plus occasions en Italie et à l'étrangère); les portraits de personnages illustres du monde cultural et artistique florentin (exposés en 1992 au Gabinetto Viesseux de Florence); et, finalement et surtout, le Parc Musée de Seano où sont logées 36 structures en bronze fondues, les plus représentatives de son travail.
La production littéraire de Quinto est importante aussi: les deux romans "Les journées sont longues" et "Qui a peur va à la guerre", les contes, les poésies, publiées en 2002 par la société d'éditions Le Lettres en poésie à couleurs, avec les images que l'artiste a proposées en fonction de comment visuel au texte poétique.

Parco museo Quinto Martini a Seano (Carmignano)
Quinto Martini "La Seanese", parco museo Quinto Martini a Seano (Carmignano)

Adresses et contacts

Via Pistoiese
- 59011
Carmignano
Site web: http://www.comune.carmignano.po.it/canali/?act=f&fid=4060
Phone: 055 8750250 055 8750231
Horaire d'ouvertureLe parc est toujours ouvert.
Billet: entrée gratuite.
Caricamento Google Maps.......attendere

Data ultima revisione dei contenuti della pagina: marted 17 maggio 2016

- Inizio della pagina -
Il progetto Musei di Prato e Provincia - Po-Net è sviluppato con il CMS ISWEB® di Internet Soluzioni Srl www.internetsoluzioni.it