salta la barra Po-Net » Art et Histoire » En ville » Églises » Sant'Agostino
Po-Net

Chiese

Église de Sant'Agostino

Histoire de l’église de Sant’Agostino

Les Augustiniens arrivèrent à Prato en 1270 et ils décidèrent d’y construire un oratoire et un couvent, sans le consentement du prévôt de la paroisse de Santo Stefano, déchaînant ainsi un conflit qui les conduisit à l’excommunication. Le problème fut résolu plus tard grâce à l’intervention de l’évêque de Pistoia.

La construction de l’église actuelle commença seulement à la fin du XIVe siècle et elle fut achevée en 1440 ; plus tard, on agrandit aussi le couvent qui fut supprimé en 1810 et utilisé comme gendarmerie, alors que les Augustiniens continuèrent à officier dans l’église, jusqu’à ce qu’elle soit confiée aux Pères du Saint-Sacrement qui la rénovèrent dans les années 60 du XXe siècle.

Église de Sant’Agostino

La façade est composée de parements en pierres, régularisée dans les arêtes par des contreforts en briques ; le portail du XVe siècle a l’architrave décorée des armoiries de Francesco Datini, de la Commune et du Ceppo Nuovo et les portails sont sculptés avec des figures de Saint Augustin.

 
À gauche de l’église, on trouve le couvent, sur la droite s’ouvre la place avec le robuste campanile rectangulaire couronné d’un prisme pyramidal.
 
L’intérieur est formé de trois nefs, divisées en six travées par des colonnes en plein cintre décorées de la grille bichrome de liais et de serpentine de Prato, avec le fût en briques qui furent laissées visibles par les restaurations de 1965, et trois chapelles finales du XIVe siècle ; la couverture est en chevrons de bois dans la nef centrale alors que dans les deux latérales, c’est une voûte croisée abaissée. Cette typologie basilicale est un intéressant exemple architectural de transition du Gothique à la Renaissance.
 
Les nefs sont occupées par huit imposants autels à édicule en “pietra serena”. Sur la droite, le premier autel inclut une toile attribuée au florentin Simone Pignoni (1611-1698) avec une Gloire d’anges et de Saints qui encadre un tableau du XVIIe siècle avec Saint Nicolas de Tolentino. Le deuxième autel abrite une composition de Iacopo Chimenti, dit l’Empoli (1554-1640), avec l’Immaculée Conception, des Saints et les progéniteurs, où est inséré un tableau cintré avec la Vierge de Loreto du XVIe siècle. Dans le troisième autel, il y a une toile du siennois Astolfo Petrazzi (1579-1665) avec Cinq Saints augustiniens, Saint Laurent et Saint Joseph, qui intercèdent auprès du Christ pour la fin d’un fléau. La chapelle à droite du transept a un autel à édicule du XVIIe siècle, avec une peinture sur bois de 1603 du florentin Giovanni Bizzelli, avec le Baptême de Saint Augustin.
 
La chapelle majeure a été réaménagée par le sculpteur Jorio Vivarelli en 1984, en suivant le thème de l’Eucharistie. Dans le chœur à l’arrière, à demi détruit en 1944, on trouve un imposant autel avec une toile du peintre de Prato Matteo Bertini (1758-1829), Saint Augustin en adoration du Crucifix et de la Vierge à l’Enfant. Dans la chapelle Buonamici, sur la gauche, peinte à fresque à la fin du XVIe siècle, se trouve un retable de l’Empoli : Vierge à l’Enfant en gloire et des Saints.
 
Le mur de gauche de la nef répète la disposition du mur de droite, avec quatre autels à édicule, espacés par des confessionnels encastrés, dont l’un abrite la toile de Raffaello Vanni de la moitié du XVIIe siècle, un autre conserve une remarquable toile de Lorenzo Lippi, peintre et poète florentin, représentant l’Aumône de Saint Thomas de Villeneuve (1660). Nous avons en outre le retable cintré, inséré dans un autre autel du XVIIIe siècle, commissionné à Giovan Battista Naldini, élève de Pontormo et collaborateur de Vasari, complété aussi par d’autres artistes de la même école en 1591 avec la Vierge de la Consolation entre les Saints Augustin et Monique, qui apparaît à l’humanité. Enfin, le premier autel conserve un splendide Crucifix en bois, réalisé entre le XVIIe et le XVIIIe siècle.
 
Sur la gauche de la façade, un portail permet d’accéder au vestibule, couvert d’une voûte en berceau, qui nous conduit, à travers un couloir, jusqu’au cloître, dit “des morts”, réalisé au XVIe siècle et fermé sur le côté nord par les remparts du XIVe siècle qui furent abattus par les troupes espagnoles pour permettre l’entrée soldats dans la ville, pendant le célèbre Pillage de Prato de 1512.
 
Entre la salle capitulaire et le vestibule du couvent, nous trouvons enfin l’Oratoire de San Michele Arcangelo.
Chiesa di Sant'Agostino (esterno)
Chiesa di sant'Agostino (facciata)
Chiesa di sant'Agostino (chiostro)
Horaire d'ouverture7h30 à 12h00 et de 16h00 à 19h00, les temps peuvent varier en fonction des besoins de la paroisse, il est conseillé de téléphoner pour vérifier les heures d'ouverture.
Le calendrier des messes sont publiés sur le site Internet du diocèse de Prato, pendant les services, l'église ne peut pas être visité.
Caricamento Google Maps.......attendere

Data ultima revisione dei contenuti della pagina: marted 17 marzo 2020

- Inizio della pagina -
Il progetto Prato Arte e storia è sviluppato con il CMS ISWEB® di Internet Soluzioni Srl www.internetsoluzioni.it