salta la barra Po-Net » Art et Histoire » Personnages importants » Filippino Lippi » Crucifix de Filippino Lippi
Po-Net

Filippino Lippi

Crucifix de Filippino Lippi

L'œuvre est conservée au Musée de palazzo pretorio, avec du célèbre Tabernacle de Mercatale (1498) et au Retable de l’Audience (1502-1503), toutes deux œuvres signées de Filippino et réalisées pour la communauté de Prato.

Petit et précieux, ce tableau du peintre de Prato Filippino Lippi (1457-1504) a été acheté par la Municipalité de Prato le 27 janvier 2010, aux enchères de Christie’s à New York.

L’œuvre, peinte dans les années 1500-1504, probablement pour la dévotion privée et domestique d’un fidèle de Savonarola, est un précieux document de la maturité de l'artiste et il exprime bien ce moment de rapprochement de Savonarola et l’étroit rapport entre art et dévotion, typique de peintres comme Filippino et Botticelli.

L’œuvre constitue une réplique en format réduit de la figure centrale du Retable Valori, peint par ce même Filippino dans les années 1498-1500 pour décorer la chapelle de Francesco Valori dans l’église de San Procolo à Florence. Le panneau central du retable, représentant la Crucifixion avec la Vierge et Saint François, arrivé au Kaiser Friederich Museum de Berlin, fut détruit en 1945.

Représenté avec les yeux fermés après avoir surmonté toutes les souffrances, le Christ Crucifié représenté ici est un précieux document de la maturité de Filippino, quand l’artiste se rapproche des idées de Savonarola. En effet, dans la conception du prédicateur, la croix représente l’unique et véritable "livre" pour le fidèle et le sang qui jaillit, inexorable et copieux, est la révélation la plus grande et parfaite : son effusion est source de rédemption pour tout homme, pêcheur.

L’étalement délicat sur ce petit tableau avec plusieurs différents détails de virtuose, comme la vue de l’auréole, les mèches de cheveux qui tombent sur les épaules, et spécialement le pied plus en bas, où les plis de la peau mettent en évidence la pression du pied au-dessus, révèlent la certitude de la main de l’artiste ; mais aussi, certaines absences de réalisme, qui visent à mettre en évidence la souffrance du Christ, confirment l’autographie de l’œuvre.

Crocifisso di Filippino Lippi

Data ultima revisione dei contenuti della pagina: luned 16 marzo 2020

- Inizio della pagina -
Il progetto Prato Arte e storia è sviluppato con il CMS ISWEB® di Internet Soluzioni Srl www.internetsoluzioni.it